QUOI DE NEUF EN SARKOZIE ?

Publié le

undefined

Vers la banalisation des "affaires" ? Alors qu’il prétendait moraliser le capitalisme financier, le gouvernement s’apprête à dépénaliser le droit des affaires...

A cet égard, le rapport de la commission Coulon prévoit de délester des délits financiers sur les juridictions civiles, en particulier les tribunaux de commerce, pourtant fort décriés par des missions d’information parlementaire, évoquant des pratiques mafieuses.

Si l’on peut prendre acte de la proposition d’instaurer des "class actions" permettant des procédures collectives d’associations agréées, leur restriction aux seules associations de consommateurs et l’insuffisance actuelle de répression des fraudes restent problématiques.

Or, à peine annoncée, la ministre de la Justice a estimé ne pas même devoir la reprendre à son compte. C’est dire s’il y a lieu de s’interroger sur le déséquilibre suspect d’une réforme en dentelle qui accorde plus de faveurs aux entreprises que de contre-pouvoirs citoyens et démocratiques.

undefinedAGORA VOX
 

 


  Agrandir l'image

mercredi 27 février 2008, mis à jour à 17:48

La chute de Nicolas Sarkozy s'accélère, selon un sondage CSA

Seul un Français sur trois (33%) juge que l'action de Nicolas Sarkozy va plutôt dans le bon sens, soit une chute de quatre points, selon un sondage CSA pour Valeurs actuelles, à paraître vendredi.

undefinedL EXPRESS


Sarkozy appelle les FARC à ne pas laisser Betancourt mourir

undefinedlogo_Yahoo__Actualit_s

Sarkozy appelle les FARC à ne pas laisser Betancourt mourir, angoisse de la famille   

Par Ingrid BAZINET

"Je suis prêt, comme le souhaite le président (vénézuélien Hugo) Chavez, si c'est la condition de sa libération, à aller moi-même à la frontière du Venezuela et de la Colombie, chercher Ingrid Betancourt si ce devait être une condition des Farc", a-t-il souligné.

 


EFG



Le 'Casse-toi pauvre c...' de Sarkozy casse tout sur le Web

28-02-2008

Par Olivier Chicheportiche

(...)

Du côté des blogs, on ne boude pas son plaisir. Selon Technorati, des milliers de 'posts' évoquent cet épisode...

Les médias en ligne généralistes ont tous sauté sur l'occasion. Libé.fr multiplie les papiers sur cette affaire d'Etat tandis qu'Europe 1 aurait acheté les mots clés 'pauvre con' et 'casse-toi' sur Adwords de Google pour doper son trafic, révèle le Figaro.


                    undefined    "purepeople.com" - 28 février 2008 

Nicolas Sarkozy interdit l'accès des voyages présidentiels à Anna Bitton, l'auteure de "Cécilia"...  

News publiée le jeudi 28 février à 09h18

(...)

Franck Louvrier poursuit son propos sur Anna Bitton et déclare :"Elle a insulté le président de la République, elle ne peut donc pas monter dans des avions de la République". Et ajoute : "Mais rien ne l'empêche de faire son métier. Elle a accès aux conférences de presse".

Nous voilà rassurés.


EFG

.....2 PAS EN AVANT ....3 PAS EN ARRIERE

Il y a beaucoup de façons de faire n’importe quoi en politique : un jour on peut dire que chaque enfant de CM2 devra porter la mémoire d’un enfant juif exterminé soixante ans avant..

Un autre jour on peut dire que chasser les SDF d’une ville à coups de répulsif chimique, c’est une idée comme une autre. C’est tout le talent de Nicolas Sarkozy : il ne s’enterre pas seul, il entraîne avec lui, dans son sillage  quelque jeune louve du gouvernement, comme Rama Yade, relativement inexpérimentée mais pourtant déjà très maîtresse dans l’art de dire tout et son contraire dans la même journée...

La secrétaire d'état des droits de l'homme !

Une fois elle sert la main de Kadhafi, le jour d’après elle déclare que la France n’est pas un paillasson !

Récemment , miss Rama était à Argenteuil venue soutenir le maire UMP Georges Mothron, rendu célèbre par sa volonté déclarée en été 2007 d’utiliser un répulsif chimique, le Malodore, pour chasser les SDF de sa ville.

Et soudain, la ravissante Rama Yade remet  les pieds dans le plat au sujet du répulsif, qu'on emploi en général  pour les animaux indésirables ..: « Il faut essayer des choses. Un maire ne fait pas ce qu’il veut, il répond aux préoccupations des gens » a-t-elle dit, avant d’ajouter : « il faut tout tenter dans une ville »


undefinedla fleur aux dents


Le parachute doré de Denis Gautier-Sauvagnac
Vendredi, 29 Février 2008

Et revoilà la «patronale attitude» : accorder largement à soi ce qu'on refuse obstinément aux autres. Tant va la cruche à l'eau...

C'est à vomir ! On apprend que Denis Gautier-Sauvagnac (qui perçoit toujours 20.000 € par mois en tant que délégué général de l'UIMM, cette puissante fédération du Medef dont il était aussi le négociateur en chef avant de se faire épingler) a marchandé avec son organisation patronale une indemnité de départ de 1,5 million d'euros ainsi que la prise en charge financière intégrale de son éventuelle condamnation dans l'affaire des retraits suspects, selon l'hebdomadaire Marianne à paraître samedi.

Ces accords, qui ont été négociés avec Michel de Virville (vous savez,
son remplaçant à l'Unedic…), auraient pour objectif de garantir le silence de leur ancien président aujourd'hui mis en examen pour «abus de confiance», «recel d'abus de confiance» et «travail dissimulé». Un engagement qu'il a jusqu'à présent fort bien tenu.

La fin des «secrets de famille» ?

Mais là où ça se corse, c'est que ces deux contrats secrets n'ayant pas été versés au dossier instruit par le juge financier Roger Le Loire, la révélation de leur existence va conduire la justice à envisager des poursuites contre l'UIMM en tant que personne morale pour complicité des chefs reprochés à DGS. De même, il est à parier que son ancien bras droit Dominique de Calan, lui aussi mis en examen pour «complicité» et «recel d'abus de confiance», pourrait avoir bénéficié de tractations similaires.

Cela suffit !!! Vivants symboles d'un capitalisme «sans foi ni loi» récemment décrié par Nicolas Sarkozy pour enfumer des ouvriers du Pas-de-Calais, c'est avec impatience que nous attendons que ces corrompus, qui nous font la morale et se permettent de décider du sort de millions de chômeurs et de salariés dont ils réduisent toujours plus les droits, soient jugés de manière exemplaire !

undefinedACTU CHOMAGE

Commenter cet article