ENTRE LES 2 TOURS

Publié le

undefined
                          undefinedsur  Sarkofrance

jeudi 13 mars 2008

"Effacer Nicolas"

IAM a vingt ans, et le groupe célèbre ce joyeux anniversaire vendredi 14 mars un concert aux pieds des Pyramides de Giza, en Egypte. A la question "Nicolas Sarkozy vous a précédé de quelques mois en Egypte… Cela vous inspire quoi?" que lui pose un journaliste lors de leur conférence de presse deux jours avant, Akhénaton répond : "On vient effacer ses traces, nettoyer derrière lui!"




(Lire la suite?)

Municipales : oui, elles sont dures pour les Sarkozystes

Ils auront tout fait. ce sont des professionnels de la politique. Et ils sont aux commandes de la République. Depuis 20h dimanche 9 mars, l'équipe de Nicolas Sarkozy est sur le pont pour nier une défaite déjà flagrante au 1er tour : on place quelques ministres (par ailleurs cumulards) en exergue; le Ministère de l'Intérieur a un bug informatique qui l'empêche de communiquer les scores officiels; on additionne les "divers droites" et autres dissidents dans le camp présidentiel. "Ensemble, tout est possible" disait le slogan. Sans blague ?

Le Ministère de l'Intérieur a fini par publier le taux de participation: 66,5%, soit 5 points de plus qu'en 2001. Combien de fois avez vous entendu que la participation était faible ? C'est faux.

Les plus fidèles du Président ont pris une claque: Rachida Dati (Paris 7ème) est en ballotage; Christian Estrosi a réalisé moins de 36% des voix à Nice; Rama Yade (Droits de l'Homme), n'est pas assurée de la victoire à Colombes; Manuel Aeschlimann est en péril à Asnières (Haut de Seine). A Reims, l'UMP Renaud Dutreil s'est fait mouché par la dissidente catherine Vautrin.

Même Nadine Morano, la porte-parole de l'UMP, n'est arrivée que troisième (24,4%) à Toul. Elle aurait retiré le logo UMP de ses affiches, elle aussi (tu confirmes, Maxime ?). Même Xavier Darcos, le ministre de l'Education Nationale, est en ballatoge difficile à Périgueux.

On se moque de qui ?


(Lire la suite?)

Protection des sources des journalistes

Personne ne devrait s'offusquer ou critiquer un projet de loi qui érige en principe la protection des sources de journalistes. Pourtant, il apparaît paradoxal qu'un tel projet de loi soit défendu et promu par Nicolas Sarkozy. Le Président, ou ses proches, ont témoigné à moultes reprises son aggressivité contre les journalistes trop critiques à son égard.

Sans crier au loup, on peut s'accorder sur le fait que que Sarkozy a une gestion très "dynamique" et "énergique" des médias. Très récemment, il a porté plainte pour faux et usages de faux (et non pour diffamation ou atteinte à la vie privée) contre le site internet du Nouvel Obs, quand celui avait publié un soit-disant SMS envoyé par Nicolas S à Cécilia S ("Si tu reviens, j'annule tout")

Sur le projet Dati lui-même, quelques constats s'imposent :

1. Le projet présenté par Rachida Dati ne sert qu'à mettre la France en conformité avec la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme, après plusieurs condamnations pour des poursuites à l'encontre de journalistes.

2. Le secret des sources sera d'abord un principe de loi, ce dont les syndicats de journalistes se félicitent.

3. Les perquisitions seront mieux encadrées (avec notamment la présence requise d'un magistrat et du journaliste concerné, qui pourra s'opposer à la saisie d'un document devant le juge des libertés et de la détention). Le journaliste sera autorisé à ne pas divulguer sa source, non seulement devant un juge d'instruction, comme c'est le cas aujourd'hui, mais aussi devant le tribunal correctionnel ou la cour d'assises.

4. Les limites de la protection sont nombreuses: les collaborateurs non-journalistes (secrétaire, interprètes, etc) sont exclus; seul le bureau est protégeable. Certains cas d'exception seront même explicitement prévus.

le texte prévoit des exceptions à la protection des sources "à titre exceptionnel et à condition que la nature et la particulière gravité du crime ou du délit et les nécessités des investigations le justifient". Ce pourrait être le cas "notamment" dans les affaires de terrorisme ou de crime organisé, a détaillé le porte-parole de la ministre de la Justice Guillaume Didier (source).
(Lire la suite?)


                               undefined      chez faubert

L'art difficile de comprendre les interviews de Nicolas Sarkozy

J’ai parfois l’impression de vivre un mauvais rêve. D’apercevoir des choses que chacun devrait remarquer et qui, pourtant, ne provoquent aucun sursaut chez mes voisins.

Je sais, Marion Cotillard a commencé comme ça, allez-vous me dire. Elle  en est aujourd’hui à douter que l’homme ait marché sur la lune (pour les adorateurs de la secte Meyssan, inutile d’envoyer de nouveaux commentaires, c’est une formule de style).

En bon citoyen, je me suis donc précipité ce matin sur le Figaro pour lire l’interview de notre président bien-aimé ( si, si, il reste des supporters).Et là, consternation. Dès le premier paragraphe, une balle dans le pied. Que dis-je, un char Leclerc sur le mocassin à pompon. Un truc à stopper net toutes les Rolex de la planète.

Lisons ensemble ce monument d’incohérence : «  Les Français vont choisir ceux qui gèrent leur ville et il est bien qu'ils le fassent en pensant d'abord à cette mission. Mais je sais que ce scrutin aura aussi une signification politique que j'entendrai et dont je tiendrai compte. À ce titre, je souhaite que ceux qui veulent que le changement continue, se mobilisent et fassent le choix du candidat qui porte cette stratégie du changement. Je suis élu pour cinq ans. Chaque année, il y aura des élections. Mon devoir est d'envisager les choses dans la durée, avec du recul, du sang-froid. Je n'ai pas l'intention de rythmer mon quinquennat en fonction des scrutins locaux, régionaux ou européens qui nous attendent. J'ai un cap, je tiendrai ce cap. »b53601dfb84f1cdd361aaee975566e80.jpg

Premier message : « je sais que ce scrutin aura aussi une signification politique que j'entendrai et dont je tiendrai compte ». Je traduis pour les sarkophobes du fond de la classe qui refusent obstinément d’ouvrir le Figaro : le Monsieur de l’Elysée nous dit : « les Français vont voter et le résultat aura une incidence sur mes choix».

Deuxième message : « Je n'ai pas l'intention de rythmer mon quinquennat en fonction des scrutins locaux, régionaux ou européens qui nous attendent. J'ai un cap, je tiendrai ce cap ». Les sarkophobes du fond n’étant  toujours pas calmés  (Arrêtez de faire des boulettes avec le Figaro !)  je continue la traduction : le mari de Carla ne changera pas sa politique d’un poil, quel que soit le résultat des municipales!

 Je ne suis pas journaliste au Figaro, et donc beaucoup de choses m’échappent, mais devant cette réponse totalement contradictoire, j’aurais coupé  poliment  -on n’est pas au salon de l’agriculture !  - le président pour lui demander de préciser son propos. Dans certains pays, la pratique est courante. C’est même une des contraintes du métier.

Mais au Figaro, ça ne se passe pas comme ça. Depuis que ce bon Monsieur Mougeotte est là, c’est un peu comme à TF1 : tribune libre pour le pouvoir – quel qu’il soit d’ailleurs. Comme aimait à répondre feu  Georges Marchais à Jean-Pierre Elkabbach. « Ce sont vos questions, mais ce sont mes réponses. »

Passons sur les mœurs de la profession.et revenons au président. L’hypothèse médicale doit être écartée d’emblée. Nicolas Sarkozy est encore trop jeune pour être atteint par la maladie d’Alzheimer. Alors quoi ?

A cet instant, je me suis souvenu que, ces derniers mois, le chef de l’Etat n’avait cessé de faire volte-face d’un discours à l’autre. La première manifestation s’est produite lors de la conférence de presse de rentrée à propos des 35 heures. On allait les supprimer. Le lendemain, il n’en était plus question. Les journalistes avaient mal compris.

Le pouvoir d’achat ensuite. La grande promesse électorale. A la même conférence de presse, le président nous annonçait que les caisses étaient vides et qu’il ne fallait plus compter sur lui.  

Ce fut ensuite la suppression de la pub dans le service public. Une semaine plus tard, réflexion faite, on allait procéder en deux temps. Suppression après 20 heures puis disparition.

Enfin, vint la proposition saugrenue de demander à chaque élève de CM2 de devenir dépositaire de la mémoire d’un enfant juif disparu sous l’occupation. Quinze jours plus tard, devant le tollé général, le projet était abandonné.

Sans doute le président a-t-il fini par se rendre compte que ces virements de bord dessinaient un caractère instable et anxiogène. Il aura donc décidé  d’anticiper, dès l’annonce de ses propositions, le retrait à venir de ces dernières. Et le Figaro a étrenné la formule. Economie de temps, de papier et de commentaires.

Ainsi, nous pourrons relire, dans un mois, l’interview du Figaro et y trouver l’annonce d’un éventuel remaniement comme celle de la reconduction du présent gouvernement. Ce qui, on en conviendra, fait le bonheur de tous : des journalistes, du président et de sa majorité. Jamais démentis, jamais pris en faute.

J’ai donc  décidé de me rallier à cette nouvelle école. Je peux ainsi vous affirmer, par exemple,  que la gauche va l’emporter aux élections municipales, mais que la droite peut gagner. Ce qui ne signifie pas que le Modem va perdre, même s’il connaît des échecs. Car la traversée du désert peut aussi être une marche vers la victoire. Et réciproquement.

Bref, comme disait un ancien candidat à la présidentielle, Coluche,  je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire.


 

                                     undefined LES MOTS ONT UN SENS

Neuilly ! Neuilly outragée ! Neuilly brisée ! Neuilly martyrisée ! Mais Neuilly libérée ! ... Enfin presque. La révolte gronde, la résistance s'organise. Soir de premier tour à Neuilly, les "élites intellectuelles et économiques" se bastonnent... à coup de verres de Champagne ! Vidéo mémorable.

NEUILLY MAIRIE MUNICIPALES VIDEO

La guerre civile de Fillon, la voilà ! Notre bon premier ministre avait donc raison. Martinon-non-non n'a pas tenu le choc, il a sauté sur une mine anti-personnelle. Plongé sans préparation physique au coeur de cette "déviante banlieue", il a rapidement jeté l'éponge et a dû s'exiler en urgence, trahi "à mort" par Jean W Sarkozy (le grand blond avec un scooter noir). Fromantin est adoubé à la place du valet. Happy End ? Non ! Teullé se rebelle et sonne le tocsin. Pendant ce temps, à pas de velours, Jean W Sarkozy, 21 ans, se présente aux Cantonales. Mais Grand-Ma Sarkozy soutient Teullé, tandis que Nicolas souhaite bonne chance à Fromantin. Bernard Lipidi en profite pour se présenter sous l'étiquette "Majorité Présidentielle". Bernard Qui ?... Balkany, vieil ami intime de Sarkozy, soutient Teullé. Pierre Sarkozy, alias Mosey, s'attache très discrètement à soulever le bas peuple dans les cités Neuilléennes. Vous suivez toujours ?

Selon notre envoyé très spécial au Ministère de l'Intérieur, les Renseignements Généraux scruteraient de très près la situation à Neuilly. Une peur panique semble en effet se répandre comme une trainée de poudre place Beauveau. La situation à Neuilly est instable. Or, Neuilly est la plaque tournante de la bourgeoisie française, et les hautes sphères de la sécurité de notre pays craignent un embrasement général de la bourgeoisie de notre beau pays ! Ni plus, ni moins !

La vidéo qui suit aurait été filmée en caméra cachée par l'un des plus réputés de nos agents secrets. Notre envoyé très spécial a réussi à s'en procurer une copie. Attention, des séquences très violentes peuvent heurter la sensibilité des plus petits d'entre nous. Il est donc vivement conseillé aux moins d'1,65m de s'abstenir... A bon entendeur...

élections municipales Neuilly sarkozy vidéo Baston à la mairie de Neuilly au soir du premier tour des municipales. La mairie de Neuilly, digne du virage Auteuil du parc des Princes... A coup de cocktails Molotov (au Champagne). Mémorable !


Municipales Neuilly sarkozy vidéo Rap de banlieue : après le visionnaire "Qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu" de NTM... Rappelons-nous cette autre prophétie Hip Hop... (un peu plus Hips! que Hop) des Inconnus... "Auteuil, Neuilly, Passy"


Quand on vous dit que quelque chose ne tourne pas rond en France... Amis Neuilléens, voici une petite idée de refrain pour dimanche prochain...

Neuilly, entends-tu le vol noir du corbeau sur nos plaines?
Neuilly, entends-tu les cris sourds du pays qu'on Enchaîne?
Ohé! Courtisans, pédégés et présidents c'est l'alarme.
Ce soir, l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes.

Les mots ont un sens...


undefined sarkozy news  

jeudi 13 mars 2008

Les ravages de la sarkozite

Tropicalboy

Tropicalboy

Visitez son site lire_la_suite78 http://tropicalboy.canalblog.com/

________________________________________________________________

logo_Yahoo__Actualit_s

Municipales: bataille plus dure que prévu pour les sarkozystes 

Par Frédéric DUMOULIN

AFP

(...)

"C'est indiscutable qu'il ne fallait pas s'afficher pro-Sarko. Et si le scrutin avait eu lieu 15 jours plus tôt, le résultat aurait été encore plus catastrophique pour l'UMP", analyse un ténor du parti.

lire_la_suite78http://fr.news.yahoo.com/afp/20080312/tpl-gov-pol-ee974b3.html

________________________________________________________________


La revanche des "pauvres cons"

Jul

Jul

Charlie Hebdo - 12 mars 20008

________________________________________________________________

Publicité gratuite

________________________________________________________________

Charlie_Hebdo_N__821___12_mars_2008

 

 

 

 

________________________________________________________________

 

 


Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

jojolasodo 15/03/2008 07:12

salut Pedro alors mon chéri on appel à l'aide!!!T' inquiet pas, je suis juste de passage ton blog n'interresse personne c'est tellement mal fait que les gens ne viennent pas, c'était juste pour savoir, aller bisous mon pingouin;;