Sur la toile

Publié le par Pingouin


LES DÉGUEULASSES

tentes Ils ont commencé par gueuler quand Médecins du monde s'est avisé de distribuer des tentes aux SDF, en décembre 2005. "Contre-productif !", a braillé la ministre de la "Cohésion sociale"(sic).

Ensuite, ils ont tout fait pour les virer du centre de Paris parce qu'ils faisaient taches dans leur camping sauvage en face de leur "plage" ou sous leurs fenêtres.


CHRONIQUES DU YETI



LES CHÔMAGES INVISIBLES

Collectif « Autres Chiffres Du Chômage » 27/12/2006 - Note n°1

LES CHÔMAGES INVISIBLES

Mois après mois le débat public se focalise autour de la publication du chiffre officiel du chômage. Le gouvernement et les médias font comme si les variations mensuelles de cet indicateur reflétaient le succès ou l?échec des politiques pour l?emploi. Depuis plusieurs années l?opinion est pourtant de plus en plus sceptique face aux annonces répétées de la baisse du chômage. Elle n?a pas tort.

Plus de la moitié des demandeurs d?emploi sont exclus du chiffre officiel du chômage En septembre 2006, le chiffre officiel du chômage (« DEFM de catégorie 1 ») décomptait 2 172 000 demandeurs d?emploi. A la même date, le nombre total de personnes recensées par l?ANPE en tant que demandeurs d?emploi s?élevait à près de 4 450 000 personnes. Plus de la moitié des personnes inscrites à l?ANPE, soit 2 276 000 demandeurs d?emploi, ne sont donc pas comptabilisées dans les statistiques officielles : ce sont, en quelque sorte, des chômeurs « invisibles » (fiche 1). Depuis 25 ans ces « chômeurs invisibles » représentent une proportion croissante de l?ensemble des inscrits à l? ANPE : au cours de l?année 2006, la part de ces chômeurs invisibles dans le total des demandeurs d?emploi a dépassé pour la première fois 50%, alors qu?elle n?en représentait que 10% en 1982.


  AGIR ENSEMBLE CONTRE LE CHOMAGE


         
   LES VRAIS CHIFFRES OFFICIELS QU'ON NE VOUS DIT PAS
 

Approche de la réalité du chômage et de la précarité
Sources Dares,Assédic, Cnaf, Cnasea, Insee, ANPE..
SUR ... TOP DEBAT INFO




   Le droit au logement opposable par Maître Eolas (Journal d'un avocat)

   Saddam Hussein : Un dictateur créé puis détruit par l'Amérique (Robert Fisk 11h19)

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

lucien 09/01/2007 17:24

les vrais chiffres du chomage  sont éloquents , çà c'est un travail sérieux,  qu'on devrait publier partout !  à chaque propagande gouvernementale !  C'est une honte de nous mentir à ce point ,  sous pretexte qu'ils utilisent la méthode de comptage du BIT !  Or même dans celui ci tout est faussé ! En Angleterre , certains chomeurs, sont inscrits en maladie ! ( chaque pays a sa façon de camoufler ) .. C'est de la fumisterie, quand on sait que les chomeurs en formation, sont souvent en formation parking ,  et sont donc disponibles tout de suite , si on leur offre un travail qui correspond à leur demande , or ils sont exclus de la catégorie 1 . Idem pour les temps partiels d'emplois aidés  , qui abandonneraient leur temps partiel immédiatement, , si on leur proposaient un temps plein tout de suite. Ils sont donc disponibles , mais n'entrent pas dans la catégorie 1 ( justement  dite des chomeurs disponibles )

Merengue 08/01/2007 08:22

SAVIEZ-VOUS QU'UN DEMANDEUR D'ASILE A PLUS DE DROITS QU'UN SDF FRANCAIS ? L'action sociale en direction des demandeurs d'asile comporte les volets suivants : Une allocation d'insertion, attribuée par les directions départementales du travail et de l'emploi (DDTEFP) est versée mensuellement par les ASSEDIC. Son montant est de 9,86 Euros par jour. Cette allocation est versée pour une durée maximale d'un an par période de six mois renouvelable. Les demandeurs d'asile hébergés dans les centres d'accueil n'en bénéficient pas. Un hébergement dans le dispositif national d'accueil (DNA). Cet hébergement, mis en place et financé par la DPM, est destiné aux demandeurs d'asile dépourvus de ressources suffisantes et de logement. Les demandeurs d'asile sont alors pris en charge dans des centres d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA). Ces centres d'hébergement sont placés sous le contrôle administratif, social et financier des directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS). La couverture maladie universelle (CMU) créée par la loi du 27 janvier 1999. Source : Minisitère des Affaires Sociales N'y a -t-il pas là un problème plus grave qu'une distribution de soupe au lard ? Grâce à son système avantageux en matière sociale pour les demandeurs d'asile, notre pays en en pôle position en Europe pour les demandes. Pendant ce temps-là, des SDF français crèvent de faim et de froid.