Les promesses de Sarkozy 1

Publié le par Pingouin


                                          
                70 MILLIARDS DE PROMESSES DEJA DISPARUES !


Et Sarkozy n'est pas encore élu ... combien en restera t-il ,  un an a près son election s'il est élu ?   Ca promet !



Il y a autour de Sarkozy du jeton de présence et du parachute doré. Il y a du CAC 40 dans cette candidature.
Un candidat qui propose 50 milliards de dépenses supplémentaires plus 68 milliards de réduction d’impôts, quitte à réduire ensuite son évaluation, quand la France est endettée jusqu’au cou, vous trouvez cela sérieux, vous ? On n’entend pourtant, venant du grand Capital, que de légers toussotements. En revanche, que Ségolène propose la moindre réforme sociale et le gang des bons apôtres et des économistes marrons de scander en chœur : "Le chiffrage ! Le chiffrage !"

                               temps reel


                                            Michel Rocard:

                                   "Sarkozy est un danger public"

C'est parce qu'il est fait de cette manière que Nicolas Sarkozy a involontairement mis le feu à la banlieue. Je pense que cela se reproduira et qu'il nous mettra le feu partout
                                                        L' EXPRESS


Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

Boroh Piotr, Franc Tireur et Patriote 23/02/2007 23:58

Sarkozy : Du religieux en veux-tu en voilà
 

De nombreux médias ont permis de découvrir la photo que Nicolas Sarkozy a exposée dans l’entrée de son local de campagne. certains ont voulu y voir l’illustration directe d’une figure dictatoriale et policière Marie José Mondzain, dont on connait, en particulier, les travaux sur "l’image" nous a transmis une tout autre analyse de la photo.



"Cette photo est très intéressante en vérité pour plusieurs raisons. Elle est prise en conformité avec les caractéristiques requises par les photos d’identité accompagnant les documents officiels : noir et blanc, oreilles visibles, sourire sans voir les dents, netteté, très peu d’ombre. L’identité renvoie à deux registres celui de la singularité individuelle, celui de l’intégration à tout ce qui est identifiable par des procédures communes et appliquées à tous. On réconcilie la masse avec le sujet et le sujet identifiable devient le représentant de la masse Dans le hors champ : on peut inscrire signe particulier : néant. L’image exemplaire d’une exception qui ressemble à "tout le monde".
Le visage est paisible et se veut pensif la paix et la pensée étant deux caractères fort inhabituels chez ce personnage qui se veut combatif, réactif voire impulsif et nerveux.
Mais alors comment opère la nature qui se veut convaincante et grandiose de la représentation ? Dans le dispositif d’exposition lui-même, la taille géante du visage alors que le visiteur qui entre dans le lieu est presque de plein pied avec ce visage surdimensionné ; je dis presque parce qu’il y a trois marches Ce sont les trois marches qui séparent les fidèles de la sainte table ou du retable, trois marches qui traditionnellement séparent le peuple du trône et de l’autel ( les trois marches formaient le socle de la croix impériale à Byzance !). Ces marches nul ne les gravira. Elle sont un piédestal qui conduit le regard vers l’icône" L’image est en retrait comme enchâssée dans une alcôve, son reliquaire ? ce retrait accentue le caractère sacré de la figure, compose son épiphanie picturale comme encadrée par sa propre aura ; ce retrait confère une atmosphère aérienne à cette apparition proche et inatteignable conférant au personnage une sorte d’apesanteur, presque sa grâce !. La structure de l’espace avec les marches qui partent à gauche et à droite en forme de V confère à l’ensemble la solennité d’une apparition charismatique qui évoque l’organisation "théâtrale" en usage à l’entrée de certaines loges maçonniques. L’éclairage très travaillé a deux sources : l’une explicite venant des appliques latérales placées comme des chandeliers de part et d’autre de l’objet du culte, l’autre invisible illumine de l’intérieur le portrait et crée une lueur diffuse sur le front porteur d’illumination ; on est dans l’intimité d’un dieu. Au plus près et au plus loin comme dans le saint des saints. Cette icône de l’accueil met en place un cérémonial de dévoilement dans la tiédeur d’une intimité privilégiée.
Rien de fasciste ni de policier dans tout cela. Du religieux en veux-tu en voilà, du sacré dans la proximité et du sacré dans le lointain ! La difficulté pour un Sarkozy c’est d’avoir un corps charismatique, c’est de gagner en autorité invisible ce qu’il ne gagne que par la violence des pouvoirs visibles. Un candidat a besoin de produire de la croyance. Son conseiller en communication a voulu faire faire ce travail compliqué à la photographie. Les recettes sacralisantes sont millénaires. Partout le traitement des corps dans cette campagne est exemplaire."
Marie José Mondzain,
Philosophe, Chercheur